Pollinisateurs d'orchidées

 

Le texte consacré sur ce site à la pollinisation donne un aperçu théorique des relations unissant les orchidées à leurs pollinisateurs. Pour illustrer ce document, je vous présente une série d'images de pollinisateurs surpris en action au cours des saisons 2004 à 2006.

Anacamptis morio:

Hyménoptère Eucera sp., manifestement intoxiqué (Aveyron, mai 2004)

Anacamptis papilionacea:

Hyménoptère Eucera sp. à l'abri dans le casque formé par les sépales et pétales réunis (2ème photo: Elisabeth Gaillard)

 

Cypripedium calceolus:

Insectes divers piégés dans le labelle en forme de sabot (Haute Marne, juin 2003 et 2005)

Dactylorhiza elata:

Insecte indéterminé plongé dans l'éperon bien que la plante ne produise pas de nectar (Dordogne, mai 2004)

Epipactis atrorubens:

Hyménoptères et coléoptères attirés par le nectar facilement accessible (Meuse et Marne, été 2004; photos horizontales: E. Gaillard)

Epipactis helleborine:

Comme tous les Epipactis, cette espèce attire un grand nombre de visiteurs, parmi lesquels les pollinisateurs les plus efficaces sont les guêpes. (Meuse et Marne, juillet 2004 et 2005)

Epipactis muelleri

Lépidoptère Lampronia praelatella ; guêpe (Meuse, juin 2004 et 2007)

Epipactis palustris

Les populations de cette espèce, qui peuvent compter plusieurs centaines de pieds, attirent de très nombreux pollinisateurs, parmi lesquels de nombreux diptères (syrphes), hyménoptères et coléoptères (2 premières photos: Meuse, juillet 2004; 3 suivantes: Marne, juillet 2004, E. Gaillard).

Epipactis purpurata

Cette espèce d'ombre attire les mêmes pollinisateurs que E. helleborine. (Meuse et Marne, juillet 2004)

Gymnadenia conopsea

L'éperon allongé fait que les pollinisateurs sont essentiellement des lépidoptères, nocturnes ou diurnes. Ceux que l'on voit le plus fréquemment sont des zygènes et des hespéries. (Dordogne, juin 2004; Marne)

Himantoglossum hircinum

La forte odeur de cette espèce n'attire pas que des diptères.

Listera ovata:

Le sillon nectarifère du labelle de cette espèce attire un très grand nombre d'insectes, appartenant à des taxons très divers. En voici une petite galerie faite en 2006:

Ophrys sulcata:

La pseudocopulation n'a duré que quelques secondes, le temps de faire une seule photo. Heureusement elle était réussie! L'abeille, du genre Andrena, n'est pas déterminée au niveau spécifique (A. wikella?) (Dordogne, mai 2004)

Ophrys fuciflora

Le coléoptère Phylopertha horticola est connu comme un pollinisateur occasionnel de cet Ophrys qui semble l'attirer. Cet exemplaire était cependant immobile, sans comportement susceptible de collecter  et transporter du pollen. 

Ophrys insectifera

Guêpe Argogorytes mystaceus, pollinisateur spécifique de cet Ophrys, surprise par Elisabeth Gaillard (Marne, mai 2003)

En compagnie d'Elisabeth, nous avons eu la chance d'assister deux fois de suite à la même scène à quelques minutes d'intervalle, sur un site dans l'Aisne (mai 2006):

Ophrys occidentalis:

Alors que les pseudocopulations que j'avais pu observer jusque à présent n'avaient duré que quelques secondes, ce coup ci ce mâle de Colletes cunicularius a été beaucoup plus patient et s'est laissé prendre sous toutes les coutures. Corbières, avril 2006.

Serapias lingua

La callosité à la base du labelle mime l'abdomen de la femelle de l'abeille Ceratina cucurbitina, qui peut se charger d'une quantité impressionnante de pollinies en regard de sa taille. (Aveyron, mai 2004).

retour aux orchidées de France - retour accueil