Autres espèces de Dordogne page 5

 

Genre Orchis

Orchis militaris Linné 1753 : Orchis militaire

Son nom lui vient de ses nombreuse fleurs au labelle anthropomorphe coiffé de sépales regroupés en casque, semblables à une armée de petits soldats.

Ce n'est pas une espèce particulièrement rare, et pourtant je n'en ai pas trouvé aux environs de Thiviers. A rechercher donc, si vous passez dans le coin. Elle est cependant bien présente dans le département, mais reste moins commune que Orchis purpurea.

Elle se distingue de cette dernière par son casque d'un gris-violet uniforme, et par son labelle aux divisions plus étroites, aux bords non frangés. Contrairement à O. simia, la floraison commence par le bas de l'inflorescence.

Les photos ci-dessous ont été prises dans la Meuse.

Orchis militaris Orchis militaris Orchis militaris

Genre Serapias

Serapias cordigera Linné 1753 : Serapias en coeur.

Cette plante est tout simplement magnifique. Ses fleurs de grande taille ont un labelle très large, en forme de coeur, de couleur brun rouge à pourpre noirâtre, parsemé d'une pilosité pourpre, et qui a des reflets moirés.

Cette espèce pousse en France dans un grand quart sud-ouest et sur la Côte d'Azur. Elle était connue d'une seule station dans le département. Hélas un pavillon a été construit dessus. C'est cependant une espèce protégée en Aquitaine. Elle a été retrouvée récemment, dans des vignes abandonnées, une station magnifique de plusieurs centaines de pieds, mais hélas encore menacée par un projet de construction.

Les photos ci-dessous ont été prises dans le Var, en 2007, où elle est bien présente sur les terrains acides du massif des Maures, avec un individu hypochrome.

Serapias vomeracea (N.L. Burman) Briquet 1910 : Serapias à labelle allongé

Cette espèce méridionale arrive en limite d'aire de répartition en Dordogne. Elle se rencontre dans la moitié sud du département dans les mêmes milieux que beaucoup d'autres espèces d'orchidées: prairies sèches, friches, talus, sur sols basiques à un peu acides.

Elle se distingue de S. lingua par son port plus robuste et élevé, son inflorescence allongée qui porte de nombreuses fleurs brun-rouge, et sa floraison plus tardive. Le labelle est plus allongé que celui de S. lingua, et il porte à la base de l'épichile une brosse de poils blancs et assez longs.

Les photos présentées ont été faites dans le Var.

retour aux orchidées de Dordogne - retour accueil