Autres espèces de Dordogne page 4

 

Genre Ophrys

Parmi les nombreuses espèces d'Ophrys présentes en France, certaines arrivent à leur limite de répartition  en Dordogne. C'est le cas de Ophrys lutea et O. scolopax, qui remontent un peu plus au nord sur la façade atlantique, mais ne dépassent pas le Massif Central au centre du pays. Ophrys araneola est lui répandu dans tout le pays, mais je n'en ai pas trouvé près de Thiviers; cette espèce précoce est à y rechercher.

Ophrys araneola Reichenbach 1831-32 (syn: O. litigiosa): Ophrys litigieux, petit Ophrys araignée.

Cette espèce est la plus précoce du genre chez nous, puisque les premières fleurs apparaissent à la mi-mars sur les coteaux bien exposés. J'ai pu constater que, au même endroit et malgré la sécheresse de cet été 2003, des fleurs fraîches étaient encore visibles début mai, soit deux mois de floraison.

Ophrys araneola se distingue de O. aranifera  par sa période de floraison plus précoce, et par ses fleurs plus petites. Le labelle arrondi fait en effet environ 6-9 mm, et vu de face paraît petit par rapport aux sépales. Il présente souvent une marge jaune.

Les photos présentées ont été faites en Dordogne et dans l'Aveyron. La dernière présente une variété rare avec des sépales roses.

Ophrys araneola Ophrys araneola Ophrys araneola Ophrys araneola périanthe rose

Ophrys lutea Cavanilles 1793 : Ophrys jaune.

Cette espèce ne peut être confondue avec aucune autre dans notre région. En gros, elle ressemble à un Ophrys du groupe fusca, auquel on aurait ajouté une large bordure jaune vif. Elle fréquente les coteaux calcaires d'une grande partie du département ou elle fleurit au mois de mai, mais je n'en ai pas trouvé aux alentours de Thiviers. Cette espèce atteint sa limite nord de répartition en Charente et Charente Maritime.

Ophrys lutea Ophrys lutea

 

Ophrys scolopax  Cavanilles 1793 : Ophrys bécasse

Cette espèce doit son nom surprenant à son gynostème qui, vu de profil, aurait la forme d'une tête de bécasse. Pourquoi pas...

C'est une espèce facilement identifiable grâce à son labelle replié latéralement qui paraît étroit, et à ses gibbosités proéminentes. En cas d'hésitation avec O. apifera, regardez l'appendice à l'extrémité du labelle: proéminent chez scolopax, il est invisible chez apifera.

Cette espèce présente une variabilité assez importante, illustrée par les photos ci-dessous.

C'est une espèce méridionale qui ne se rencontre que dans la moitié sud du département. Elle remonte plus au nord sur la façade atlantique. Elle fleurit en mai.

A noter qu'en Charente et Charente Maritime on trouve une espèce proche, Ophrys santonica, qui se différencie de O. scolopax par ses fleurs plus petite et sa floraison tardive (fin juin à mi août). Depuis, des plantes équivalentes ont été trouvées ailleurs dans le sud de la France. Sa présence étant possible en Dordogne, ouvrez l'oeil lors de vos ballades estivales!

Les photos présentées ont été faites dans l'Aveyron et en Dordogne.

Ophrys scolopax Ophrys scolopax Ophrys scolopax Ophrys scolopax

Vers la page 5 - retour aux orchidées de Dordogne - retour accueil