Hybrides

 

La famille des orchidées est une de celles où les barrières génétiques entre espèces sont les plus faibles. Ceci est à l'origine d'un taux d'hybridation élevé, à tel point que sur certaines stations, le nombre des hybrides peut être supérieur à celui des parents "purs". Certaines espèces, en particulier dans le genre Ophrys, sont considérées comme des hybrides stabilisés ayant conquis leur indépendance.

Ceci dit, on ne risque pas non plus tomber sur des hybrides à chaque coin de sentier, et la découverte d'une de ces plantes constitue un grand plaisir pour l'orchidophile en goguette.

La découverte d'une plante atypique amène de nombreuses questions. Tout d'abord, il faut essayer de savoir si la plante en question est un hybride ou un lusus, c'est à dire une forme aberrante. Si la première hypothèse est retenue, il faut ensuite retrouver les deux parents. Ce n'est déjà pas toujours facile sur le terrain en ayant les autres espèces de la station sous les yeux, et ça devient souvent hasardeux d'après photo. L'autre intérêt des hybrides, c'est leur grande variabilité. En effet, lorsque l'on croise deux espèces, les hybrides de première génération peuvent avoir tous les aspects intermédiaires entre les deux parents. Il n'y en a donc pas deux de semblables, et c'est le plaisir des yeux qui y gagne.

Pour l'instant, je n'ai rencontré que deux hybrides supposés en Dordogne, tous deux au sein du genre Anacamptis s.l.

Anacamptis laxiflora x A. morio

J'ai trouvé deux pieds de cet hybride dans une prairie humide où les deux parents étaient bien représentés (surtout morio). La détermination n'était donc pas trop dure. De plus, cet hybride est bien typé et assez facile à reconnaître. Par rapport à A morio, il a des sépales latéraux écartée, et le labelle a des lobes latéraux plus grands et garde l'aspect "plié en long" caractéristique. Par rapport à A laxiflora, il a une inflorescence plus dense, les fleurs sont d'un violet moins nuancé de rouge, et le centre du labelle est ponctué, et non blanc pur.

Anacamptis laxiflora x morio Anacamptis laxiflora x morio Anacamptis laxiflora x morio Anacamptis laxiflora x morio

D'après ce que j'ai pu voir également à plusieurs autres endroits en France (Marne, Yonne, Aveyron), dès que ces deux espèces sont présentes sur un site, les hybrides sont fréquents.

Anacamptis morio x A. pyramidalis

Sur le terrain, cette plante tranchait au milieu des A. morio présents en grand nombre: un port plus élevé, une couleur intense, un aspect plus frais que les morio types qui commençaient à faner... A y regarder de plus près, on remarque également les éperons droits et fins, les sépales un peu écartés... Bref, si il y a du morio dans cet plante, il y a aussi autre chose. Mais quoi? Parmi les autres espèces présentes sur le site, seul Anacamptis pyramidalis est susceptible de se croiser avec A. morio. Après recherche dans la littérature et sur Internet, cette hypothèse est plausible, même si la couleur de la plante n'est pas typique (très foncée). C'est l'hypothèse que je retiens pour l'instant.

Anacamptis morio x pyramidalis ? Anacamptis morio x pyramidalis ? Anacamptis morio x pyramidalis ?

J'ai découvert cette plante en 2003, mais je ne l'ai pas retrouvée cette année pour en reprendre des photos plus détaillées.

retour aux orchidées de Thiviers - retour accueil