Genre Epipactis

 

Les fleurs des Epipactis ne peuvent pas être confondues avec d'autres. Elles se caractérisent par leur labelle en deux parties: la base appelée hypochile est creusée en une cupule nectarifère; l'extrémité où épichile a une forme triangulaire avec à sa base des reliefs en forme de crêtes.

Les fleurs souvent pâles et la présence de nectar facilement accessible font que ce genre est le plus souvent pollinisé par des guêpes. Cependant bon nombre d'espèces pratiquent l'autopollinisation grâce à un pollen friable qui se disperse au sein de la fleur.

Sur les quatre espèces signalées en Dordogne, je n'en ai rencontré que deuxdans le département, et une seule près de Thiviers.

 

Epipactis helleborine  (Linné) Crantz 1769 : Epipactis à larges feuilles

Cette espèce est une des orchidées les plus communes en France, bien qu'elle soit rare dans certaines régions, en particulier dans le sud ouest. Par exemple, elle est très rare dans le Gers et protégée en Gironde, alors qu'elle a traversé l'Atlantique avec les colons et s'est installée aux Etats Unis et au Canada!

C'est une espèce typique des lisières et des bois clairs et frais, les peupleraies par exemple. C'est une espèce assez polymorphe en fonction de son biotope: les plantes poussant à l'ombre ont des feuilles largement ovales, celles de milieux plus clairs ont des feuilles plus allongées. De nombreuses sous-espèces ont été décrites, et pour certaines élevées au rang d'espèces par la suite, mais seule la sous-espèce type se rencontre en Dordogne. Elle fleurit tardivement, en juin et juillet.

Epipactis helleborine Epipactis helleborine Epipactis helleborine Epipactis helleborine Epipactis helleborine

retour aux orchidées de Thiviers - retour accueil